Et soudain dans la tourmente

Et soudain dans la tourmente

19 juillet 2018 0 Par admin7747

 

Metteuse en scène et interprète : Claudine Van Beneden

Assistant : Raphaël Fernandez

 

L’avis de cesoirauthéâtre :

La mise en scène est originale. Se retrouver côte à côte avec la comédienne, scène et spectateurs mêlés crée chez le public, une proximité sans qu’elle en soit gênante.

C’est l’histoire d’une femme combattante Peshmerga Kurde qui a quitté son pays pour la France encore adolescente. Elle explique ce qui l’a fait rêver. Sauf, qu’aujourd’hui savoir ce que les femmes de son village subissent est devenu une obsession. Comment prendre les armes ? Quelles raisons l’expliquent-elles ? Elle raconte comment ce qui était un rêve, les envies, les souhaits, les habitudes et le quotidien en France sont devenus superflus lorsqu’elle a compris ce que Daesh infligeait à ces femmes. Il y a une explication sur le ressenti d’une double nationalité.

Il y a cette révolte et étonnamment cette douceur avec laquelle elle la raconte.

Elle traite aussi du sujet de la famille; Comment ses enfants comprennent sa volonté de prendre les armes.

Un bémol quand à quelques longueurs dans le texte, et les silences qui causent une inattention de quelques minutes du spectateur.

Ce qu’il faut retenir :

Comédienne de qualité, qui tente d’exprimer comment on porte les armes, lorsqu’en apparence on a le choix de se protéger physiquement. Une dualité entre protection physique et mentale qui tente d’être expliquée. C’est un récit qui est pour nous un peu trop sur le même niveau sonore, physique mais qui fait son effet.

 

Où est-ce ?

17h, Festival de Villeneuve en Scène.

Relâche 11 et 16.

 

Pitch:

C’est l’histoire d’une combattante Peshmerga Kurde et de son refus de l’oppression familiale et sociétale. Ecer, femme de 45 ans, revient au pays pour prendre les armes alors qu’elle a passé une grande partie de sa vie en France. Elle raconte son histoire de petite fille, de jeune fille et celle de toutes les femmes de la maison. Elle dit pourquoi à l’âge de 16 ans, elle a quitté son pays, sa famille. Pourquoi depuis elle s’est forcée à oublier d’où elle venait. Un jour, ce passé lui revient en plein visage. Quand elle réalise ce que les soldats de Daesh font subir aux femmes dans les montagnes de son enfance, elle sait contre qui elle doit partir se battre. Ce monologue est la suite d' »Une chambre en attendant » de Gilles Granouillet qui se joue à 12h05 à Présence Pasteur (Avignon). Faites l’expérience du théâtre comme une série.